J’aime particulièrement cette posture, un grand incontournable du yoga, elle permet de se relaxer profondément et de se connecter à la puissance de son souffle. C’est une posture anti-déprime qui apporte beaucoup de sérénité. On peut la faire avec ou sans enchainement ce qui la rend encore plus pratique. Si vous avez un coup de blues, un agacement, une insomnie, un(e) voisin(e) qui vous stresse avec ses travaux, hop chien tête en bas !  2 minutes suffisent à ramener le calme en vous. Si ce n’est pas le cas, c’est le signe que vous avez besoin d’une séance complète (ou alors un échange paisible avec le/la voisin(e).

Origine

La traduction s’il vous plaît ?

Adho : vers le bas

Mukha : la face

Shvana : le chien

Asana : la posture de yoga

Ado musukhavasannnquoi ? Pourquoi ce nom ? 

À l’origine, dans la culture indienne le chien est associé au dieu Shiva « protecteur des animaux ». Le dieu a pour habitude de se promener en forêt aux côtés de ce fidèle compagnon. Cependant le chien n’a pas bonne réputation pour les indiens, il est considéré comme maléfique car il symbolise l’ego prisonnier de ses bas instincts. Un ego prisonnier ne cesse de quémander de l’attention à l’extérieur et boude lorsqu’il n’en reçoit pas. Comme le chien qui remue la queue quand on s’y intéresse ou gémi quand on l’ignore. Un résumé loin de notre perception actuelle de ces animaux loyaux, mais il existe bien une vérité cachée derrière cette image. Le chien tête en bas sert à dompter l’ego ou plutôt à lâcher prise… Dans cette posture nous nous inclinons symboliquement devant la sagesse de notre corps et devant notre « être » véritable. C’est pour cela que cette posture est très appréciée au de-là des bienfaits de l’étirement et de la respiration, le mental peut enfin se relaxer.

Bienfaits

– Apaise le système nerveux, les maux de tête

– Fortifie le cœur et améliore la capacité respiratoire

– Aide à combattre la nervosité et les troubles du sommeil

– Étire l’arrière des jambes et renforce les bras, les épaules

Préparation

  • Placez-vous à quatre pattes sur le tapis. Les genoux à l’aplomb des hanches et les mains sous les épaules. Écartez les doigts au maximum en gardant les index parallèles et crochetez les orteils sur le tapis.
  • Sur une expiration, dépliez les jambes progressivement en pressant dans les mains, gardez les genoux légèrement fléchis, les talons levés. Puis montez le sommet du coccyx vers le ciel, restez stable sur les appuis des jambes.
  • Puis tendez les jambes sans verrouillez les genoux, posez les talons au sol si possible. Placez la tête parallèle aux bras en rentrant légèrement le menton.
  • Parfait vous voilà dans la posture du chien tête en bas ! Vous pouvez tenir la posture 1 à 3 min, puis reposez les genoux au sol sur une expiration. Reposez-vous quelques instants dans la posture de l’enfant (balasana) ou en gurupranam.

 

Prenez votre temps pour appréhender cette posture, ne forcez jamais une posture si  l’inconfort est trop grand, même après des années on découvre encore des subtilités dans le souffle, l’étirement. Si vous sentez une douleur vive, parlez-en aux professionnels de la santé qui vous suivent.

Contre-indications

– Grossesse avancée

– Forte surcharge pondérale

– Processus inflammatoire arthrite/arthrose

Conseils

Si vous avez du mal à relâcher les épaules et à ouvrir la poitrine dans cette posture, s’il y a trop de poids vers l’avant, placez les mains sur des briques ou sur l’assise d’une chaise pour vous surélever.

Si vos jambes tirent trop, laissez-les fléchies, tendre vos jambes viendra avec le temps, n’ayez pas d’inquiétudes.


Important !
Ce site utilise des cookies qui peuvent contenir des informations de suivi sur les visiteurs. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies.

Share This